Les parois du vagin sont naturellement humides. Lors du rapport sexuel, elles produisent, par une sorte de transpiration, un liquide qui possède des propriétés lubrifiantes.
Ces deux phénomènes nécessitent
– une architecture saine de la muqueuse, régulièrement renouvelée, et
– l’intégrité de cet espace qui est en dessous de la muqueuse, parcouru de vaisseaux, de lymphatiques, de nerfs, soutenu par les fibres collagènes, gonflé par l’acide hyaluronique et d’autres composants, espace que l’on nomme “ground matrix”.
Avec l’âge, ground matrix s’appauvrit, et avec la ménopause, le renouvellement de la muqueuse ralentit.
Le soin laser consiste à faire des petits puits, des petits trous, dont on contrôle diamètre et profondeur, pour déclencher une cicatrisation.
On aura renouvelé les tissus.
Vous doutez que ça puisse marcher ? Vous avez tord puisque ce soin, le même, appliqué à la peau du visage, montre un rajeunissement flagrant de la peau.
Après le soin, si les hormones locales sont autorisées, on en prescrit. C’est en quelque sorte la cerise sur le gâteau.
Et, si vous voulez que le résultat soit parfait, il faut avoir des rapports sexuels.
Il faut que cette muqueuse vaginale soit sollicitée, mise sous tension. Rapports sexuels “naturels” c’est le mieux, sinon, introduction régulière d’un sex-toy.
Pour reprendre ma comparaison avec la cerise sur le gâteau, là, vous aurez aussi la bougie étincelante.