Les locaux

Je vous reçois à mon cabinet, dans le quartier Odysseum, à Montpellier, au 120 avenue Nina Simone.
Il s’agit d’une immeuble blanc et vert dans lequel sont installés de nombreux praticiens médicaux.
Vous avez là quelques photos qui vous aideront à trouver les lieux. Cliquez ici.
Pour vous garer, à moindre frais, pas loin, je vous conseille le parking du MacDo, celui de la patinoire, ou celui d’Odysseum. C’est à 70-100 mètres, et c’est gratuit deux heures.
Quand vous arrivez dans la salle d’attente, installez vous simplement. Il n’y a pas de secrétariat mais je suis averti de votre arrivée de toutes manières.
Si vous devez charger votre portable, c’est possible. Une multiprise vous est proposée. Vous bénéficiez aussi d’un wifi ultrarapide gratuit. Un QR code vous permet d’établir simplement la connexion.
Ne ratez pas votre rendez vous.
Ne venez pas en retard, il est possible que les rv s’enchaînent et qu’on ne puisse pas vous prendre.

Ce que je sais de vos attentes

Je sais que vous attendez beaucoup du médecin que vous consultez.
Je sais que celui ci vous doit de se maintenir toujours au fait des dernières connaissances médicales de sa spécialité.
Je sais qu’il doit aussi exercer en tenant compte des recommandations émises par les sociétés savantes de sa spécialité, et des organismes de santé publique.
Je sais qu’il doit être raisonnable en terme de dépenses de santé, tout en vous garantissant de prendre les moyens nécessaires pour vous soigner.
Je sais que votre état, parfois la maladie, parfois la grossesse, parfois votre personnalité, parfois votre émotivité, parfois simplement le fait que cette situation vous est inhabituelle, je sais que tout cela fait de vous une personne vulnérable.
Je n’oublie jamais que ce moment doit vous être facilité, puisqu’il n’est pas fait pour être « agréable ».
Je sais que vous avez parfois fait des recherches sur le net. Ne perdons pas de temps à commenter ce que vous avez lu ou entendu. Vous ne pourrez jamais appréhender une situation, même si elle vous concerne personnellement, même si vous y avez passé beaucoup de temps, jamais donc appréhender cette situation comme moi, ou un de mes confrères spécialiste, peut le faire.
Remettez vous en plutôt à notre expertise qu’à vos recherches.

Ce que je voudrais que vous sachiez de moi

Voici pèle mêle ce que j’ai envie de vous faire savoir avant que de vous recevoir.
– Un cas médical compliqué ? je suis preneur.
– Vous avez un handicap, vous êtes gênée pendant l’examen, vous êtes mal à l’aise, pour quelque raison que ce soit, je suis preneur.
– Fertilité ? Pas vraiment ma spécialité. D’autres confrères font ça mieux que moi.
– Je vous accompagne pendant la grossesse, mais je ne fais pas mes accouchements. Je confie à des confrères.
– La gynécologie avant 14 ans, je ne suis pas compétent.
– Je n’ai pas le droit de vous examiner en présence d’un enfant. Prenez donc vos dispositions. Il ne peut pas rentrer dans le cabinet.
– Je n’apprécie pas du tout que l’on ne se présente pas à son rendez-vous, sans prévenir, sans s’excuser. Tous les jours, nous avons beaucoup de difficultés pour recevoir des urgences qui ne trouvent pas de créneaux, et à côté de cela certaines occupent une place qui serait utile à une autre, et ne viennent pas. C’est une incivilité, un manque de respect. En conséquence, on n’accorde plus de rendez-vous à ces patientes.
– Les arrêts de travail de convenance. Désolé, ne me les demandez pas, ça m’évitera de vous les refuser. Vous vous êtes chamaillée avec la patronne, vous êtes lassée de votre travail, vous avez des problèmes de crèche, ça n’est pas le rôle de l’arrêt maladie de palier à ces soucis… Si par contre, vous souffrez d’une pathologie qui nécessite que je vous arrête, n’en doutez pas, c’est moi qui vous le proposerai.
– Je trouve qu’il n’y a aucun intérêt à ce qu’un accompagnateur soit présent dans le cabinet lors de l’examen, sauf les conjoints/conjointes pour le suivi de grossesse.
– Je ne trouve pas normal qu’on check son portable ou qu’on réponde au téléphone pendant la consultation.
– Je n’aime pas être le scribe d’un autre confrère. Par exemple renouveler une ordonnance que je n’approuve pas, que je n’aurais pas faite, ou prescrire sur la dictée d’un confrère pour accompagner une PMA à l’étranger. 
– Prenez bien connaissance des tarifs appliqués. Si vous pouvez avoir une lettre de votre médecin traitant pour un premier contact, c’est mieux.
– Je suis lent et jamais pressé.
– Je suis courtois et apprécie qu’on le soit en retour.
– Les critiques me font avancer.

Post scriptum

Pour éviter les frustrations, les déceptions, les malentendus, lisez ce qui suit :
Je ne prends pratiquement aucun appel au téléphone.
Je n’appelle, ni ne rappelle, pratiquement jamais mes patientes, sauf cas gravissime.
Rares sont les problèmes que je j’estime pouvoir régler par mail, la réponse nécessitant souvent un dialogue, et ne pouvant, en aucun cas (c’est interdit et dangereux), envoyer d’ordonnance par mail.
Je vous invite donc à privilégier, pour toute info, toute question, pour tout oubli, pour tout document, la téléconsultation vidéo,.
J’ai choisi d’ouvrir largement des créneaux.
J’ai choisi de ne facturer qu’au tarif le plus bas pour que vous soyez remboursée intégralement, même avec la mutuelle la plus basique.

Lisez aussi Mon exercice au cabinet