Sécheresse vaginale, Traitements “traditionnels” 

Les thérapies “traditionnelles” sont très variées mais ont montré leurs limites.
Elles sont souvent décevantes

– Les topiques, des lubrifiants et des hydratants non hormonaux.
Les premiers visent à soulager la sécheresse vaginale pendant l’activité sexuelle sans fournir une solution à long terme. Tandis que les produits hydratants vaginaux peuvent soulager les symptômes en exerçant un effet transpirant sur la muqueuse vaginale.
Ni l’un ni l’autre ne sont remboursés et leur coût est loin d’être négligeable.

– L’administration locale (vaginale) d’oestrogène soulage parfois les symptômes.
C’est une solution pour des femmes ménopausées depuis peu, dont l’atrophie est minime, mais les patientes se lassent et l’observance fait défaut.

– Le traitement hormonal de la ménopause donne des résultats sur les symptômes du climater (bouffées de chaleur, troubles du sommeil, de l’humeur).
Mais il est peu efficace dans la réduction ou le maintien de la trophicité vaginale.
Attention, son utilisation est strictement encadrée du fait des effets secondaires indésirables qui lui sont reprochés, troubles cardio-vasculaire et augmentation des risques de cancer du sein.

– Le traitement chirurgical du relâchement vaginal, des descentes d’organe, corrige les modifications vulvo-vaginales et périnéales causées par la grossesse associée aux facteurs héréditaires mais ne corrige pas l’atrophie de la muqueuse. Ces procédures sont intrusives et les temps de récupération et résultats sont variables.

Nouveau, efficace, les procédures laser

Elles ne nécessitent aucune préparation préalable du patient. Elles sont administrés en ambulatoire et ne nécessitent pas d’anesthésie générale.
La durée de la session excède rarement 40 minutes.
L’effet ablatif et thermique spécifiquement provoquée par le tir laser est suivi d’une stimulation des processus naturels de renouvellement cellulaire, et de production de collagène par les tissus traités.
Ce processus de régénération naturelle se poursuit après le cycle de soin. Il en résulte une sorte de rajeunissement des tissus, devenus plus souples, plus confortables, revitalisés.
Cet effet, rapporté par les patientes, est prouvé par de nombreuses évaluations scientifiques. Les nombreuses publications rapportent aussi que la grande majorité des patientes qui ont bénéficié de ces procédures se dit satisfaite, tant sur le caractère indolore de l’acte médical que sur la diminution des symptômes causés par l’atrophie vaginale.
Les patientes sont nombreuses à signaler une nette amélioration du confort lors de l’acte sexuel et de la satisfaction qu’il leur procure.
Cette procédure laser peut vous être proposée au cabinet.