GynecoQuid


Je veux mettre en route une grossesse. Quid ?

Les femmes ont, à partir de la puberté et jusqu’à la ménopause, des règles qui définissent une période qu’on appelle le cycle menstruel. C’est le temps compris entre deux épisodes de règles.
Un cycle sans fécondation dure en moyenne 28 jours.
Il est divisé en trois phases :

La première, l’ovaire prépare l’ovulation et ne produit qu’une sorte d’hormone, les oestrogènes, la phase folliculaire (folliculine, c’est l’ancien nom des oestrogènes) qui dure 12-13 jours.
La deuxième, l’ovulation libère l’ovule.
La troisième, l’ovaire se transforme et sécrète une autre hormone, la progestérone (anciennement lutéine), c’est alors la phase lutéïnique, qui est de 14 jours.
Les oestrogènes ont la faculté de faire produire la glaire par le col de l’utérus. La progestérone a pour effet d’augmenter la température du corps. La femme produit un ovule au cours d’un cycle. Cet ovule vit en elle au maximum 2 jours. Un spermatozoïde vit au maximum 3 jours après son émission. Essayons mettre en contact ces deux compères.
La difficulté résulte du fait que le cycle de 28 jours n’est que la représentation d’un cycle “idéal” et que pour être plus efficace, il faut parfois situer le moment exact de l’ovulation. Quand on a déterminé la zone “utile”, on pratique sa sexualité comme on en a l’habitude, à sa faim. Quotidiennement ou tous les deux jours, c’est peut être là qu’on est le plus efficace.

Méthode optimiste.
On considère que la future maman ovule à J12-J13 en comptant J1 comme étant le premier jour des règles. La fenêtre de tir comme on dit à Kourou en Guyane au centre d’études spatiales se situe entre J10 et J15.

Méthode statistique.
Observer la longueur des cycles. Compter que l’ovule est libéré environ 14 jours avant la survenue des règles. En déduire le jour de l’événement et postuler que la prochaine fois, ce sera pareil. Là aussi, vous comptez 2 jours avant et 2 jours après pour la période efficace.

Méthode d’observation des modifications corporelles accompagnant les périodes du cycle. Souvenez-vous de la remarque selon laquelle l’hormone progestérone augmente de quelques dixièmes la température corporelle. Elle n’est sécrétée qu’après l’ovulation. Il en résulte que, si vous preniez votre température rectale ou auriculaire tous les matins, son augmentation brutale vous indiquerait que l’ovulation a bien eu lieu. Toujours basée sur les changements du corps, on peut surveiller la glaire qui s’échappe du col par des bandelettes à introduire dans le vagin. Elles signalent le jour J.
Docteur Albert Ohayon – Updated: November 16, 2001